jeudi 22 octobre 2015

Ultra-speed fishing matinal

Abusé par des météorologues sans scrupule ayant prédît des précipitations d'importance pour ce petit matin gris, j'ai sacrifié à l'aube une grosse demi-heure à la traque automnale de la perchette. Las !!! Foin de mousson oxygénant enfin l'eau en rendant les poissons fous d'appétit... Quelques gouttes prostatiques, c'est tout.
Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je me suis contenté de pêcher en bas de chez moi. Texan de garçon-coiffeur, ondulante discount customisée "premier âge" : les ingrédients plébéiens qui me suffisent pour quelques petits poissons propres à me revigorer avant une autre journée à errer sous les nuages au milieu des bas-de-plafond !!!^^
Vivement l'année prochaine en espérant avoir enfin le temps  d'aller un peu plus à la pêche...


 

vendredi 16 octobre 2015

Matérialite

Chaque année, malgré le fait que je n'en ai absolument aucun besoin, j'engrange compulsivement quelques leurres destinés à satisfaire à la fois mes inavouables côtés fétichiste, fashion-victim et écureuil préhistorique^^... Pour commencer, je suis le propriétaire comblé quoique fort récent d'un Wind Killer Bill Imakatsu au déhanché provocant et dont je suis sûr qu'il est appelé à de grandes choses... Il finira bien par faire sa perche, quoi !!!^^
Passons maintenant à mes petites têtes plombées à palette... Sous-utilisées cette année ( comme la totalité, hélas, de mon matériel...), elles m'ont tout de même permis de prendre quelques perches, deux brochetons et un chevesne presque aussi velu que le regretté Demis Roussos... Un bricolage utile que je risque d'améliorer ces prochains temps...
Un autre bricolage, réalisé besogneusement cette année, n'a pas eu, lui, l'occasion de faire trempette mais j'ai pleine confiance en lui pour décimer les bancs de maquereaux l'année prochaine... Si j'ai le temps d'aller tater du maritime.
 Passons sur l'orgie picturale dont ont été victimes certaines coques de poisons-nageurs^^... Des imitations d'Aragon, de Vision One Ten 110 & 130, de Rick Clunn 1.5... De quoi voir venir... A 50 centimes pièce, on verra bien ce que les poissons en pensent...

mercredi 14 octobre 2015

Randonnée en Nord Vendée

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu l'opportunité de pêcher en compagnie de Laurent ( plus connu de la gent aquatique sous le nom évocateur de Fléau de l'Acheneau^^). Il était donc temps de corriger cette incongruité statistique en envahissant de concert, l'espace de quelques heures, le  Mogetistan septentrional... Suite à un fâcheux hiatus, Laurent n'a pas pris ses waders. Erreur potentiellement fatale : il s'agit typiquement du genre de petit détail pouvant mener tout droit à un Azincourt halieutique... Nous serons donc contraints d'opérer depuis les berges ou, au pire, de patauger prudemment sur de petits seuils perdus dans une campagne brumeuse...
Sur le premier spot, nous nous retrouvons vite cernés par une ( petite^^ ) horde d'autochtones à la mine patibulaire, paraissant de prime abord assez peu goûter le fait que nous venions sur leur territoire leur prendre des perchettes sous leur museau vermillon. Devant  la taille plutôt rachitique des perches du cru n'ayant pas encore été mises à revenir à la poêle et afin de devancer l'éventuelle arrivée de renforts chouans profitant de leurs RTT pour viander allègrement, nous faisons mouvement vers un autre coin potentiellement prometteur... 
Hélas, si le Vendéen est notoirement irrédentiste, intempérant et donc porté inéluctablement vers un vote un peu plus droitier qu'un policier hongrois, il est aussi la victime d'aménagements routiers peu scrupuleux. Une déviation champêtre malvenue, sournoisement orchestrée par des salariés probablement syndiqués, nous fait perdre un temps précieux avant que nous ne finissions par arriver sur un spot où l'eau, hélas, sera trop boulée pour que l'on y puisse  leurrer sans coup férir les jolies perches présomptueusement escomptées. Poussés par la faim et une volonté de fer, nous pousserons jusqu'à un troisième coin où, surprise, la rivière est quasiment à sec... Un destin implacable semble avoir  fait de nous ses jouets^^...
Non mais des fois... On en a vu d'autres. "Jamais sans mon pin's !!!" , notre farouche slogan rebondit d'un coup d'un seul, en échos sur les berges de cette rivière asséchée. Revigorés par le renouvellement de notre profession de foi, c'est d'une botte d'élite, sûre d'elle-même et dominatrice que nous nous attaquons à l'ultime spot de la virée bucolique... D'autorité, Laurent y clôt les débats grâce à une belle perche victime d'un B'freeze manié aux petits oignons dans le bouillon !!!^^
C'est ça les grands athlètes !!! Une occasion leur suffit pour tuer le match^^...



mardi 13 octobre 2015

Pinsage automnal en mode petite rivière

Si je connais bien une chose presque aussi pénible que de ne pas aller à la pêche, c'est bien d'aller pêcher le dimanche... Hélas, on en est parfois réduit à de telles extrémités^^. Le scénario est immuable : on part guilleret, le cœur vaillant, décidé à ne pas trop abîmer la couche d'ozone en se cantonnant à un parcours proche de sa hutte et vlan !!! Au bout de 398 randonneurs, 235 vététistes et 73 gugusses en canoë, on perd ses illusions, ses moyens, puis son calme. Et là, c'est le drame... On fonce, la bave aux lèvres, tel un Laurent Wauquiez devant un chômeur longue durée n'ayant pas eu l'élémentaire décence de mettre fin à ses jours,  vers un quelconque filet de flotte rural à la limite du croupi. Et là, sans le moindre discernement, on se met à traquer furieusement la perchette en solitaire, loin de l'étrange agitation dominicale du salarié déchaîné sublimant sa condition subalterne en se livrant à de pathétiques  agissements des plus grégaires...
Certes, je le concède, il n'est guère glorieux de s'attaquer à des petits poissons. Mais, voyez-vous, la tranquillité, ça n'a pas de prix. Je préfère un bon milliard de fois enquiller les perchettes les pieds dans l'eau, sans avoir à croiser le moindre blaireau plutôt que de m'agglutiner sur les "hot-spots" au milieu des mythos va-de-la-gueule, des viandards taciturnes et des m'as-tu-vu toujours prêt à faire péter le matos bling-bling et à régaler l'humanité souffrante du récit de leurs "exploits"...
Je suis trop vieux pour ces conneries. A y regarder de plus près, j'en viendrais même à penser que le vrai luxe, ce n'est pas de pêcher des gros poissons ou d'en prendre plus que le voisin comme le croient, confits qu'ils sont dans leurs inavouables complexes, les Bouvard de la Suissex et autres Pécuchet du Plomb-palette. Non, le vrai luxe, sous nos latitudes, c'est de pêcher peinard...
Deux heures de pêche sans avoir à subir le regard agressif d'une de ces racailles rougeaudes cachée derrière ses gros bouchons rouges, la connerie expansive de blaireaux citadins lâchés dans la nature ou à supporter la narration hagiographique de la dernière sortie en date d'un zozo enthousiaste à l'idée légèrement outrecuidante qu'il a inventé à lui tout seul la pêche à la ligne moderne et décontractée du slip, désolé, mais ça, rien que ça, accompagné de quelques perchettes et d'un ou deux chevesnes, ça suffit amplement à mon bonheur.
 Pour vivre heureux, pinsons cachés^^...

 

samedi 3 octobre 2015

Rester sobre en Octobre...

Simplement vêtu du short Quechua du volontarisme primesautier, du t-shirt frappé du dérisoire logo clamant d'inavouables velléités pinsographiques et de surcroît chaussé des tongs inconséquentes de l'optimiste béat, il était évident que je courrais le plus grand risque de m'écraser le museau contre l'impitoyable muraille du K2 des contingences... Septembre s'est enfui plus vite qu'un jeune devant un livre sans images et je ne suis quasiment pas allé à la pêche. Fatalitas. Caliméro représente. Snif.
J'entame donc Octobre avec un stoicisme sans faille : ça va être plus tendu qu'un string de sumo pour trouver le temps d'aller perturber la vie aquatique. Heureusement que pour ma première sortie du mois, j'ai eu l'insigne bonheur de prendre quelques poissons !!!^^
 Et même un nombre assez conséquent lorsque j'ai essayé un petit bief afin de tester une de mes ondulantes customisées...
Un véritable aspirateur à pin's, il n'y a pas à mégoter là-dessus... En même temps, sur ce spot bien connu des hérons et réduit quasiment à un filet d'eau grâce aux agriculteurs locaux, il aurait été surprenant de prendre autre chose...
Cependant, la grosse satisfaction du jour aura été le mini-swimbait fraîchement commandé dans une boutique asiatique. 5 attaques dessus, 2 perches et un chevesne décrochés mais les deux plus belles perches de la session prises avec... Que voila 3,50 euros judicieusement investis !!!^^