mercredi 18 avril 2018

Avril en mode tranquille

Ah ces bonnes vieilles inventions miracles qui depuis la nuit des temps semblent destinées à rendre la bredouille
aussi désuète que la valse-musette, les fixe-chaussettes ou le syndicalisme... Heureusement qu'elles ne marchent jamais !!!^^
Je sais bien qu'il faut comparer ce qui est comparable. On ne mélange pas les torchons avec les serviettes. Les chiens ne font pas des chats. O.K, ça va, n'en jetez plus, je suis d'accord, c'est un fait. Comparaison n'est pas raison. Je suis même prêt à admettre que certaines saillies zoomorphiques dans l'esprit comme par exemple traiter le si talentueux  Christophe Castaner d'ornithorynque ne sont pas loin de constituer de graves insultes envers ces petits mammifères monotrèmes fort sympathiques au demeurant, ce qui les différencie, s'il en était besoin, de leur lointain cousin provençal à deux neurones en souffrance. Mais, l'homme étant ainsi fait qu'il naît de la femme, que sa vie est courte et qu'il la passe pour l'essentiel à enrichir des patrons, élire des arrivistes toxiques voire à s'empiffrer de saloperies devant des conneries (sans mesurer un seul instant la vacuité des efforts qui ont pourtant mené une cellule monocellulaire paumée dans un grand océan vide jusqu'à devenir cette loque insane recrachant chips et coca sur son survêtement à chaque vanne d'Hanouna...), on est bien obligé pour gagner un temps précieux et, parfois, parvenir à se faire comprendre du servum pecus d'utiliser des images parlantes... Comme celle, plus qu'éculée, de la traversée du désert... Mais qui est pourtant celle qui sied le mieux à cet interminable trimestre de fermeture.
Délicieusement vintage... Un Mitchell millésimé Année Terrible... Souvenez-vous de Séville... Vengeance pour Battiston !!!
Ah le désert !!! Ces étendues immenses, ce sable chaud, le Pays de la soif... Tiens, je vais me prendre une bière. Non, non, reste concentré, bon sang !!! Plus que 12 jours avant la fin du calvaire. Tu vas te muer en Bukowski du Diving Chubby ? Faut se secouer, bordel !!! Bref... Oui, je disais donc, le désert... Comme le savent bien les Touaregs, les méharistes et les chanteurs barbus morts en surchage pondérale et chemise hawaienne, le plus intéressant dans le désert, ça reste l'oasis...
Quelques petites têtes plombées chinoises aménagées à ma sauce... On verra bien.
Ah l'oasis, métaphore du havre de paix... Il n'est pas difficile à trouver. Pour moi, il s'agit tout bonnement de mon établi où s'empile en une Babel instable bricolages hasardeux, réparations en souffrance et autres petites productions locales à l'utilité discutable. Malgré les aléas météorologiques (et un taux d'ensoleillement digne d'un cachot troglodyte ayant été brillamment reçu comme oubliette honoraire...), cette année, j'ai ENFIN pu venir quasiment à bout de ce titanesque chantier... Pensez-donc... Plus de 12 années de bricolages à classer, déblayer et éventuellement sacrifier aux Dieux du Recyclage... Il était temps de m'acquitter de cette tâche.
Le somptuaire mensuel... Un "Astur'ali" 110... Alors que j'avais commandé un 90, ventre-saint-gris !!! Mon sang n'a fait qu'un tour. J'ai exigé le remboursement de l'objet du délit et, sans même à  devoir donner de la canonnière, hourra, j'ai emmené les Pavillons noirs à résipiscence. Résultat, un leurre gratuit et une pochette d'agrafes en sus.
Dans l'intervalle, je me suis aussi sérieusement calmé sur les petites commandes chinoises. Je sais bien que ça ne coûte rien mais bon, à un moment, on ne sait plus trop où les ranger, les petites mignardises. J'ai juste craqué pour une imitation de Xorus Asturie, le genre de truc qui peut toujours servir... Pour être tout à fait complet sur le volet consumériste, j'ai par ailleurs finalement reçu le reliquat des leurres gagnés il y a quelques semaines et qui avaient été dérobés dans le colis par un indélicat. 
Voila... Il ne me reste plus qu'à ronger mon frein en poussant d'horribles ricanements de maniaque jusqu'au petit matin blême du 1er Mai quand j'enfilerai à la pataude mes vieux waders au fumet douteux pour aller persécuter une année supplémentaire quelques infortunées perchettes !!!^^

Tout ça pour dire, je sais pas pour vous mais pour moi, il était temps que ça se termine, ces semaines déprimantes à regarder tomber la pluie ou à se geler les miches sans pouvoir aller accrocher sans rémission un leurre tout neuf vendu un bras à une nasse de braconnier... Heureusement que la traditionnelle élimination prématurée du PSG en Ligue des Champions est quand même parvenue à redonner brièvement une note de gaieté à nos mornes existences de provinciaux aigris. Parce que la fermeture, c'est long & surtout vers la fin !!!^^




dimanche 25 mars 2018

Rions un peu (si possible...) avec les pétitionnaires 2

Suite au tollé général causé par l'irruption sur la petite scène halieutique des revendications baroques portées par une virago méridionale à la tête d'une joyeuse association de végétariens malfaisants mais néanmoins reprises par une élue de la France dite Insoumise (qui n'avait visiblement rien d'autre à faire ce jour-là pour tenter d'abattre la domination séculière bourgeoise huilant les rouages du Capitalisme grâce au sang des travailleurs tout en les maintenant dans une aliénation abjecte), deux pétitions ont vu le jour. Comme d'habitude, l'enfer étant pavé de bonnes intentions, j'ai pris le temps de parcourir en diagonale les commentaires, assuré que j'étais d'y dénicher des trésors faisant honneur à notre longue tradition littéraire de contestation de l'injustice. Voltaire, Hugo, Zola, nous voilà !!!^^

"Pecheur de tradition depuis trois gêneration et pour la protection de la fone et la flore" (François, Paris XIVe)

C'est bien de songer à la santé de notre dernier grand chanteur de droite... Protégeons l'aphone !!!^^

L'invention du feu.
"Parce c est totalement débille alor que l ont attaqué l’es chasseur qui eu tue part plaisir" (Cyril, Jumet, Belgique)

La thèse de l'extinction totale du rameau néandertalien se trouve une fois de plus contestée à l'écrit.

Bien, commençons... Est-ce que quelqu'un ici n'a PAS mangé ses devoirs sur le chemin de l'école ?


"Je n'aime pas les extrémistes de tous bords qui interdisent tout et n'importe quoi.

Ils doivent bien faire des trucs qu'on n'aime pas." (Hervé, Celles-sur-Ource, Aube)


Vous connaissez la devise des modérés mexicains ?  Non ? Et bien c'est "Mort aux extrémistes !!!"...

Poulpe bourré prêt à cogner !!!


"Ne pas se laisser dicter par ces pseudo écologistes de Paris ou Bruxelles qui ne connaissent de la Nature que la ferme du salon de l'agriculture." (Olivier)

Je reconnais que la dictée a du être une expérience traumatisante pour beaucoup de commentateurs sur le net. En même temps, une ferme, c'est un peu à la nature ce que l'épilation totale serait à Chewbacca...

"Alors quand le vieux McDonald m'a tourné le dos, j'ai pris la hache, tchak tchak tchak tchak,
et je me suis retrouvé bouclé ici"
"Pour que notre passion perdure et que les imbéciles disparaissent.." (Romain, Mesland, Loire-et-Cher).

Je souscris totalement aux deux propositions. Même si pour la deuxième, ça me paraît ardu sans posséder le 06 d'Harry Potter (voire celui de Nordhal Lelandais...).

"Attendez un peu... Est-ce que quelqu'un ici est un VRAI mouton ?"
"Les vegans nous font chier et participent à la gangrène du cosmopolitisme. Je soutiens les pêcheurs ainsi que Saint Lesquen du partie National Libéral" (Issou, Paris, XIXe).

Encore un commentaire des plus constructifs. Bravo. On sent bien toute la finesse d'analyse jamais prise en défaut (ou si peu...) d'un mouvement philanthropique méconnu...  

"Pas question. Je poserai MON magazine quand tu auras posé le tien.'

"Je mange ce que je veux et j'empêtré les " justiciers "à deux balles" (Vv)

Trop fort... Réussir à écrire la bouche pleine... Respect^^...

"Désolé, Frank, mais les mômes ont pigé l'arnaque de la maison en pain d'épices. Je fais
dans la Scientologie maintenant."
'Les pêcheurs nourrissent mieux les poissons que la mairie de Paris les SDF."(Marc, Vogelsheim, Haut Rhin).

Oula... Attention, ça pourrait donner des idées à certains. "Soleil vert" n'est peut-être pas si loin...

"En tant que pécheur je suis le premier défenseur de l'environnement et gardien et de nos rivières dans le respect de nos partenaires (les poissons et tous se qui vit dans cet écho système)" (Thierry, Villers-les-Pots, Côte d'Or).

Et après, il y en a qui traitent les pêcheurs de sonars... Mais avec une cédille^^.

"Oh, non... Je savais bien que ça sentait bizarre."
"Pour la liberté individuelle que la bande à Macron veut nous voler un peu plus chaque jour." (Anne Marie, Saint Maur des Fossés, Val de Marne).

Je ne suis pas le fan le plus déchaîné de Monsieur Sourire Diamant mais en l'occurrence, il me semble assez innocent des faits évoqués. Ou alors, chère Anne-Marie, l'interdiction de la pêche serait selon votre avis éclairé un des axes d'un plan global de contrôle mental ourdi par Bibi (qui est un lézard cosmique dans le civil), les Illuminati et la Sécurité sociale vendue aux francs-maçons bruxellois ? Suis-je donc candide parfois...

"Mais évidemment que je l'ai fait de sang-froid, crétin !!! Je suis  un reptile !!!"
"Franchement il y a beaucoup plus important qu'une bataille contre des gens qui aiment leur passion, car pour moi la pêche en est une et non un sport. Par contre on protège les migrants, on laisse rentrer des terroristes et on laisse mourir nos français qui n'ont pas d'abris en période hivernale. Là elle est où l'interdiction d'abandonner son devoir de français." (David, Luzillat, Puy de Dôme).

C'est vrai quand on y songe... Ces nantis qui quittent des pays aussi attractifs que le Soudan, la Syrie ou l'Érythrée pour traverser la Méditerranée en classe affaire à 80 sur un Zodiac, histoire de se la couler douce en dormant sous la tente en plein hiver... Salauds. Même pas français en plus, comme la plupart des étrangers qu'il a dit, m'sieur Wauquiez. Remets-moi donc une Suze, tiens, Dédé...
"Zorak, espèce d'abruti !!! Tu as mélangé des espèces incompatibles dans le terrarium de la planète Terre !!!"

"Cest abusé, nous si on peche ses avant une passion et surtout sa occupe nos jeunes au lieu qui face des bêtises. Sa les sociabilises au lieu qu'il reste devant la télé ou les téléphone' (Julien, Saint Sulpice sur Risle, Orne).

Juste un truc ou deux. Les téléphones de nos jours, ça se trimballe partout. J'en connais plus d'un qui passe une bonne partie de ses parties de pêche à cadrer pendant des heures ses prises afin de se la secouer sur fèce-bouc, ne facilitant guère la survie d'icelles. D'autre part, la sociabilisation à la pêche, on peut en parler longtemps... Si j'arrive un jour à 20% de pêcheurs qui me répondent quand je les salue au bord de l'eau, là, il est possible que je revienne sur mon pessimiste avis. Pour le reste, il n'est rien que la fréquentation d'un dictionnaire ne puisse arranger... Ou pas.

"Voyez, je suis désolé... Si vous pesiez 250 kilos, nous serions parvenus à un arrangement. Mais il est un fait avéré qu'un
gorille de 200 kilos ne dort PAS où cela lui chante."

"Éradication des Babos" (Arthur, Quimper, Finistère).

Ah toute la légendaire fougue du Celte emporté par l'enthousiasme décuplé par une station prolongée au comptoir de son estaminet favori !!! Un programme lapidaire, brut de décoffrage, taillé dans le granit !!! Bravo, Arthur, tu es le roi... Tu peux reprendre un Ricard !!!

 Piège à Castor (sur le carton).

"Qu’ils aillent tous se pousser le caca avec un ananas ou servir d’éprouvettes à semences équines LES VEGANS SONT UN CANCER" (Julien, Marseille, Bouches du Rhône).

Ah la jovialité méridionale teintée de cette faconde si pittoresque... Pagnol not dead.



"Parce que c'est une mesure inutile. Encore une lubie de Madame Hidalgo..... une de plus!" (Frédéric, Donzenac, Corrèze)

Une fois de plus, il est assez touchant de constater à quel point l'aveuglement (d'aucuns parleraient de sectarisme...) poussent certains commentateurs à incriminer à tout prix leur "bête noire"... La proposition n'a en aucun cas été reprise par Mme Hidalgo. Elle a même été déposée par une opposante notoire. Mais visiblement, ça ne dérange plus grand monde d'accommoder les faits à sa sauce...

"Tout ça ne va pas bien passer dans notre rapport, Leroy".
"je suis président" (Alain, Stenay, Meuse).

Désolé, mon cher Alain, mais la réponse, après un examen rigoureux des résultats du dernier scrutin présidentiel, à votre affirmation est malheureusement négative. Vous n'êtes pas président. Vous êtes possiblement mythomane ou atteint de la maladie d'Alzheimer, certes, mais le président, ce n'est indubitablement pas vous. Aux dernières nouvelles, il s'agirait d'un type qui se la raconte avec un cheveu sur la langue. Mais que cela ne vous freine pas, chacun a droit de nourrir des ambitions et surtout n'hésitez pas à retenter votre chance !!!
"Dieu merci, on a réussi à s'en tirer juste à temps... D'un autre côté, évidemment,
nous sommes totalement foutus."
"La pêche est une passion et non une boucherie comme ces gens le dise" (Anonyme).

Tout à fait, cher inconnu. D'autant que le terme exact serait d'après l'hologramme de Maître Capello plutôt "poissonnerie" vu le contexte...

"Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Encore une vilaine arnaque ?"
"Je préfère voir les jeunes à la pêche que fumer de la drogue" (Kev)

Cher Kévin, l'un n'empêche pas l'autre. Ce qui me permet d'ailleurs de récupérer parfois, après le passage de certains "pêcheurs en herbe', des leurres ayant tutoyé de trop près les branches basses. Je ne me risquerais d'ailleurs jamais sur le terrain risqué du débat miné sur l'usage des Psychotropes en milieu halieutique... On risquerait de questionner la relation trouble existant entre certaines boissons à base de houblon et la traque intensive de la carpe par exemple...



"On devrait pouvoir pratiquer notre passion peux importe l'endroit et vous avez raison c'est mieux de voir un jeunes fumer du chit que le le voir attraper un poissons bravos la france" (Nicolas, Saint Lys, Haute Garonne).

Mais pourquoi voulez-vous attaquer l'ambassade d'Iran ? J'ai parfois du mal à vous suivre...

La Mafia des Sandwichs envoie Luigi "dormir avec les Quatrièmes".

"On est vraiment dans un pays de cinglé, en Iran en Russie Arabie saoudite, on abolie toutes les contraintes politiques et religieuse, et dans ce pays de dictature impôt à la source, 80 kilomètres, toutes les augmentations, on contrôle notre argent,etc etc pleins le cul" (Christian, Grenoble, Isère).

Ah ça, comme vous avez raison, mon cher Christian. Il n'y a qu'à voir le succès récent de la Gay Pride à Téhéran, l'espérance de vie démesurément scandaleuse du moindre opposant à Vladimir Poutine ainsi que la faculté étonnante qu'ont les synagogues, églises et autres temples mormons à se développer en Arabie Saoudite pour constater dans quelle sordide dictature nous survivons par miracle.... Faites donc comme Gérard Depardieu et moi : demandez-y vite l'asile politique (et fiscal^^).

"Un tueur de chat ? Est-ce là le visage d'un tueur de chat ? Allons... Un courseur de chat ?
Peut-être... Mais entre nous, hein, qui ne l'est pas ?"
"Pour contrer les arguments idiots et sans fond de la porte parole de ZOOPOLIS qui n'est rien de plus qu'une ignarde qui ne connait pas la physiologie du poisson. Elle s'attaque au seul public qui sauve les milieux aquatiques grâce à leur passion. Si elle veux essayer de changer le monde, qu'elle s'attaque au vrai problème : celui de la pollution des eaux de surfaces et des nappes phréatiques, de la rupture des continuités écologiques, du réchauffement de l'eau, de la dégradation du lit et des berges... et j'en passe. Que ces idiotes brûlent au crématorium ! Signé : une fervente pêcheuse de la filière Gestion et Protection de la Nature !! (Anais, Collonges la Rouge, Corrèze).

Ah oui, quand même... Bon, je crois qu'on va s'arrêter là, sur ce point Godwin amené de  fort belle manière, ma fois... Bien sûr, me direz-vous avec une certaine justesse, ces commentaires picorés au hasard sans aucune méthode scientifique que ma subjectivité maligne ne représentent qu'une infime partie des milliers de commentaires laissés et qui, dans leur immense majorité, se contentent de rappeler aux excités du jus de carotte que sans pêcheurs, cela ferait longtemps qu'il n'y aurait plus de poissons. Mais  malheureusement, ils existent. Et ne doutons pas que leur outrance ne fera que servir la dialectique des vegans s'ils décident de s'appuyer dessus, ne serait-ce qu'en interne, pour prouver que les pêcheurs ne sont jamais que des gros beaufs tortionnaires dont on devrait limiter la nuisance... Drôle d'époque.





dimanche 18 mars 2018

Bilan d'un week-end chargé^^

Plutôt que de traîner mon spleen et le Padawan au Salon du torgnoleur de maquereaux soumis à l'ISF, de partir défier la bronchite et la bredouille sur une de ces premières catégories pour noces & banquets situées à moins de 100 kilomètres de ma cambuse ou de finir la soirée ivre mort en massacrant à pleine voix éraillée "the Foggy Dew" avant de terminer piteusement le week-end en cellule de dégrisement, j'avais prudemment décidé de participer à une brocante-pêche en ce samedi s'annonçant pluvieux. Un peu de ménage sur les étagères où s'entasse depuis des temps immémoriaux du matériel de pêche tombé en disgrâce, ça ne peut jamais faire de mal...
Un Powertail Fiiish pour 3 euros... Youpi, le week-end s'annonce bien !!!^^
Hélas, hélas, hélas, je n'avais pas pris la mesure de la désaffection d'une grande partie de la clientèle attendue et qui a du céder sans doute aux sirupeuses sirènes du Salon de la Pêche se déroulant concomitamment à une cinquantaine de kilomètres au Septentrion. La matinée fut morne et à peine égayée par de rares visiteurs contemplant d'un oeil dubitatif notre stand minimaliste. Il faut dire que de fieffés mercantis, assez souple sur la définition du mot "brocante", s'étaient saisis de l'occasion pour placer leurs invendus. Il était alors difficile de rivaliser avec des murs entiers de moulinets neufs encore dans leur emballage... J'ai peine à croire à la thèse du particulier thésaurisant 30 Spheros Shimano pendant x années dans un coin de son garage, sans jamais daigner s'en servir, tout ça afin de les revendre à perte au hasard d'un vide-grenier.., Pas vous ?
Un petit accès de nostalgie... Un euro le petit popper pour le Padawan et ses futures traques du bar.
Malgré tout, par une sorte de petit miracle, à force d'abnégation, de ruse et de marketing agressif, nous sommes parvenus à rembourser les frais d'inscription, l'essence du trajet et même, ô ironie, à acheter du matériel à des prix corrects alors que l'objectif initial était plutôt de dégraisser le mammouth... Fatalitas !!!^^
Spintail Jigmaster 24 grammes... 2 euros, l'affaire du siècle ?^^

Heureusement qu'on a pu discuter un petit peu avec les rares exposants ne pratiquant pas la liquidation de stocks déguisée. Sinon le temps aurait été long. A moins d'ajouter à la gabegie commerciale longue distance la dipsomanie rurale en faisant honneur au chiffre d'affaire de la buvette qui a rencontré, elle, un succès grandissant au fur et à mesure qu'on se rapprochait des douze coups de midi. Ah la fameuse France des territoires...
Devil Ripper Zinga Imakatsu... Bon, d'accord... Mais pour 3 euros, je veux bien redonner une chance à la Bête^^.

Finalement, nous avons limité les dégâts. Nous n'en sommes pas de notre poche et nous revenons plus riches de 5 leurres bien sympa et d'un combo 10-30 grammes destiné aux futurs exploits ligéro-maritimes du Padawan pour un total de 20 euros. Seule fausse note, le Padawan s'est fait escroquer un peu de son argent de poche par un des truands cités plus haut et qui, non content de vendre du neuf sorti de la remise du magasin, proposait des leurres aliexpress entre 2 et 4 fois leur prix sur le net. Le commerce paraît-il évolue mais les Thénardiers du Rapala restent les mêmes... Pauvres mecs.
Area 3/8oz Lucky Craft avec un peu de vécu pour un euro. Un moule en RTV ne saurait tarder ;)
De retour en notre antre, une fois la comptabilité liquidée (ce qui est allé assez vite vu le fond de caisse "record"...), nous avons constaté que nous n'avions pas liquidé grand chose : un peu de leurres souples, toutes les têtes plombées, quelques swimbaits... Pas de quoi se faire placarder à l'entrée avec le titre de Vendeur du Mois inscrit en lettres d'or sous notre truffe avenante quoique rubiconde...
Mieux qu'Aliexpress... Un combo Catana Shimano pour 10 euros.
D'autre part, en ce qui concerne cannes & moulinets, à part deux cannes réparées à l'arrache et qui ont évité une destinée tragique à la déchetterie la plus proche pour partir à 5 euros, ça a été le calme plat. J'ai par ailleurs récupéré un lot vendredi grâce à un généreux donateur. Une fois les moulinets et cannes nettoyés, je me suis retrouvé avec du matériel vintage, certes, mais d'excellente qualité, et en ce qui concerne les moulinets, tournant comme au premier jour !!! Du coup, c'est aliexpress qui va faire la tronche puisque mon plan de renouvellement massif de mes moulinets tombe à l'eau. On va continuer cette année avec les mêmes. En cas de problème, j'ai des remplaçants tout trouvés.

Il ne me reste plus qu'à dégoter une petite canne "vintage" pas trop lourde pour y monter (par exemple^^) le Mitchell 204S généreusement offert afin d'arpenter dès le mois de mai les rives de ma contrée et d'y imposer avec style un furieux revival de la cuillère sixties... Je sais  : le plan est d'envergure !!!^^


mardi 13 mars 2018

Un petit regard en arrière...

Au détour d'une rubrique d'un ancestral journal halieutique, on perçoit parfois comme un arrière-goût d'actualité pas franchement rassurant...
Profitant de la fureur d'Éole pour feuilleter quelques documents de la très riche collection du Musée de la Cuillère & du Leurre antique de Nouvelle-Aquitaine (quand je pense qu'il y a des cocus qui préfèrent passer leurs RTT à Eurodisney, ça me dépasse...), je suis tombé sur un de ces témoignages perdus dans l'abîme du temps !!! Un collector paru alors que Jacques Martin avait 2 ans, Pétain 79 et que le PSG attendrait encore 35 ans pour apparaître sur la scène footballistique et garantir ainsi à des générations de provinciaux haineux de franches séances de rigolade au moindre 8ème de finale européen un peu ardu^^...

Ah la pêche à la ligne, loisir supposé abolir les barrières sociales... Déjà survendu à l'époque, le concept, non ? Qu'en est-il alors aujourd'hui alors que le prix du matériel de pêche ; gonflé artificiellement par le marketing agressif et  l'obsolescence programmée ; condamne le smicard à vendre son âme à Cofidis ou Sofinco pour se payer la dernière bobine de tresse vue dans le journal ?



Le premier numéro de la Pêche & les Poissons date de juin 1935.  Un mois chargé en actualité : la Bolivie et le Paraguay décident de terminer la guerre du Gran Chaco (100 000 morts + la trame d'un album de Tintin, le mémorable "l'oreille cassée"). La Grande-Bretagne, ivre de pacifisme et de fraternité autorise Adolf à construire une flotte de guerre de surface. Il les remerciera à sa façon en envoyant ses rafiots terroriser l'Atlantique. Faites du bien aux ânes... Et enfin, un "jeune premier" appelé à de hautes destinées, un certain Pierre Laval, devient Président du conseil. Soit l'équivalent d'un premier ministre actuel mais sous l'appellation contrôlée IIIème république. Celle-là même qui 5 ans plus tard, jour pour jour, ne sera plus qu'un vague souvenir emporté aux chenilles des Panzers du petit moustachu caractériel cité plus haut...


Il est rassurant (ou pas... Chacun son avis sur la question) de constater que les années passent, les empires et les républiques s'écroulent, que les cheveux et/ou les barbes poussent et que les jupes raccourcissent, voire que Tweeter remplace la lettre anonyme à la Gestapo, mais quoi qu'il advienne, il y aura toujours des escrocs pour abuser les gogos... Et pas seulement dans les isoloirs ou sur les plateaux de télé...





Une plongée dans le passé, même furtive, laisse des traces. On ne peut s'empêcher d'empiler les analogies, de comparer les époques, de hausser un sourcil surpris en constatant que la dernière nouveauté IMAKOUTEDESOU à 50 boules ressemble furieusement à un attrape-couillons déjà en bonne place sur le catalogue Manufrance alors que Jean-Pierre Raffarin n'était encore qu'une lueur concupiscente dans l'oeil sournois de son futur géniteur... 









Et oui... N'en déplaise aux ravis de la crèche bardés de stickers qui pensent avoir inventé la Pêche avec un grand P ; parce qu'ils poussent des cris de pécari en rut à la moindre perchette prise en étang privé, mise en scène en technicolor sur leur chaîne Youtube et où leur fan-club affublé communément d'un QI d'endive ose se répandre en commentaires dont la teneur littéraire aurait fait rigoler les peintres de Lascaux, la "Pêche moderne de demain qu'on est djeunzs et qu'on a tout compris spèce de sale gros viandard dans ta face" (je résume en traduisant en français sinon on perdrait du temps...) ; il existait jadis des gens qui avaient un cerveau, des yeux et des mains habiles au moins aussi habiles qu'une chaîne de montage asiatique... Après je le concède sans problème, il existait déjà des publicitaires. Hélas...







Mais il existait aussi un monde qui tournait de moins en moins rond et de plus en plus vite, loin du petit paradis privé qu'un pêcheur peut, l'espace d'une aube embrumée ou d'un crépuscule flamboyant, toucher du bout du scion... Ayons une petite pensée pour tous ces pêcheurs à la ligne inconnus, nos ancêtres, qui, 5 années plus tard, allaient tomber sous le soleil d'un printemps tragique et pour ceux, beaucoup plus nombreux hélas, qui allaient attendre 5 autres longues années derrière les barbelés de pouvoir goûter de nouveau à la magie d'une journée d'ouverture... Pardonnez-moi ce bref aparté un peu grandiloquent mais il est toujours nécessaire de replacer les choses dans leur contexte. Certains "périls" actuels éclairés à la lueur des événements passés peuvent ainsi être remis à leur insignifiante place, quoi que puisse en penser certains "intellectuels de forum" (c'est "forum" le mot-clé de l'expression, je vous rassure^^) prompts à brandir la menace de la subversion bolchevique (la vache, j'avais pas lu l'adjectif depuis 20 ans et ça devait être dans le courrier des lecteurs du Figaro-Magazine...). 


Il faut tout de même en tenir une bonne couche pour faire de la fade Danielle Simonnet, passionaria de la lutte anti-spéculation immobilière individualisée dans le civil^^, ayant débuté en politique aux côtés de cet ultra-gauchiste de Cambadèlis^^ et depuis passée avec Marx & bagages chez Mélenchon (Ah Mélanchon, le Thorez 2.0, l'Homme à l'Opinel entre les dents, le Croquemitaine du CAC40 !!!) comme légataire universelle de l'héritage controversé des Khmers rouges... Rien que ça... Oulala oulala, calmons-nous, les enfants... Qu'une petite élue ; dont les choix de carrière successifs et le rapport à l'éthique démontrent par l'absurde l'opportunisme ; appuie les désirs abscons d'une minorité d'illuminés pour capter quelques suffrages, c'est mesquin, je vous l'accorde, mais est-ce illégal, voire simplement contraire à l'usage bien établi en notre cher pays ?  C'est un peu ça la démocratie, les amis...

On l'oublie un peu trop facilement en ces temps de mémoire de poisson rouge amnésique mais à l'origine, la Pêche & les Poissons était un fanzine anarcho-libertaire anti-étatiste...
 Allo ? Oui, j'écoute... Comment ? Ah bon, je m'emballe ? Désolé, je le referai plus.












Pousser l'hystérie jusqu'à proclamer urbi & orbi que les délires vegans  se réduisent à une conspiration venue d'extrême-gauche continuant par d'autres moyens l'oeuvre du NKVD, de Pol Pot et de la rédaction de Pif Gadget au grand complet (désireuse d'achever sinon l'oeuvre de génocidaires frénétiques mais au moins d'envoyer Jean-Marc Sylvestre piquer sous bonne garde du riz en Camargue^^) dénote pour le moins un tropisme facilement identifiable, provenant sans doute d'un trop-plein de séminaires de basse-intensité pour petits cadres ambitieux et sournois (ah cet imbuvable sabir pour petits Iznogoud des Open Spaces... "Supportif"... Mort de rire... J'ai pensé directement à Marouane Fellaini faisant la clape en tribune à Old Trafford^^) assaisonnés d'une inavouable addiction aux si stimulants flashs-éco de BFM, histoire de passer pour le Milton Friedman de la machine à café, j'imagine... 


Personnellement, pour faire court, je suis à des billions d'années-lumières d'être un bobo-machin-bidule. La seule vue d'un hipster me rend nerveux. Les bars à sushis me hérissent le poil. Quand aux Starbucks, la décence (sans compter d'éventuelles conséquences pénales) m'interdit de m'exprimer plus avant sur le sujet. Mais ce n'est pas pour autant que je risque de me rallier sans ciller aux arguments intéressés et par en dessous d'une droite décomplexée composée pour une bonne part de beaufs fachos sachant se saisir de tout pour exister depuis que le Thénardier de Sablé et la Walkyrie de Saint-Cloud se sont généreusement gauffrés... Il existe par ailleurs plus d'un point commun entre la virulente virago postillonnant à longueur d'interview contre les raclures répugnantes ratissant les rivières au Raglou (oui, les pêcheurs...Si on a plus droit à la métaphore dans ce pays, je vous demande un peu !!!^^) et les excités assez sectaires pour qu'on se demande s'ils ne classent pas sur leur étagère le bocal de l'amiral Koltchak avec celui de Marie-George Buffet. Les deux camps ont tout compris. C'est pourquoi, chacun pour leur enseigne, ils ne mégotent pas sur leurs diatribes, anathèmes et raisonnements à la mords-moi-le shad. Après tout, plus c'est gros, plus ça passe vu que le grand public possède en général les capacités de réflexion d'une rascasse...
UN CHANT. UNE VOIX. UN PEUPLE.

Les pollueurs, par exemple, ça vous dit quelque chose ? Les vignes, 3% de la surface agricole, 25% des produits phytosanitaires utilisés... Quant la FNSEA assèche et pollue des nappes phréatiques sur des milliers et des milliers d'hectares, c'est curieux mais là, chez les thuriféraires à leur pépère, on ne gueule pas au péril fasciste ou au complot trotskiste... Ah ouais, je suis bête, rien à voir... On parle d'économie là, c'est sérieux. Enfin, sérieux, je me comprends... Visiblement moins que les élucubrations d'une poignée de kékés probablement jamais sortis de leur arrondissement pour autre chose que le festival du Quinoa dans le Lavandou ou que celles d'ahuris toujours convaincus que Mitterand était de gauche... N'empêche que nos indignés à géométrie variable n'ont jamais, semble t'il, trouvé le moindre lien entre productivisme et politique de droite. Je les invite donc amicalement à scruter les résultats électoraux dans les bleds où la vigne ou les céréales sont les cultures dominantes. Ils dormiront tranquille. Ce n'est certainement pas là qu'on proclamera demain matin des conseils révolutionnaires... 




En attendant, c'est bel et bien dans ces petits coins perdus qu'on balance dans la nature des produits beaucoup plus meurtriers que ne le seront jamais ; même dans leurs rêves lénino-guévaristes les plus inavouables^^, les petites choses hargneuses qui trépignent contre les pêcheurs à la ligne, ces fameux Videla du Vitala... Bref, à chacun ses combats contre ses propres moulins à vent. Avouons toutefois qu'en prenant la peine de s'asseoir 5 minutes et de réfléchir un peu, on se retrouve vite en mesure d'admettre que notre époque n'a au final pas que des mauvais côtés. En toute honnêteté, par rapport à 1935, je suis même assez rassuré d'apprendre que le péril de l'heure s'incarne en un monôme blafard de végétarien-ne-s poilu-e-s en trottinettes électriques plutôt qu'en quelques millions de brutes nazies chargées à la méthédrine... 



lundi 12 mars 2018

Tempête sur la Boutonne !!!

La Bête du Maillochistan, légende ou réalité ? C'est en tout cas la meilleure idée de croquemitaine qu'ont  jamais eu les mamans truites du bassin versant pour que leurs alevins finissent leur soupe aux trichoptères^^...
Quatre mois que j'attendais ça. Quatre longs mois sans pêche ou quasiment. Vous l'avez compris, le vendredi après-midi, c'est un fauve prêt à tout qui fonce en direction du Maillochistan et de ses truites mythiques. A peine arrivé au Musée de la Cuillère & du Leurre antique, tradition oblige, je me vois offrir un petit remontant par Monsieur le Conservateur. Fichtre, quel accueil. Au fur et à mesure de la soirée fébrile arrivent les autres invités et la veillée peut commencer, sans excès, histoire d'arriver à se lever aux aurores le lendemain matin quand même... Car il y a des précédents peu glorieux dans ce domaine...
Un petit poisson-nageur coulant qui n'a pas rencontré le succès escompté malgré sa superbe nage.

Couchés avant minuit, nous nous levons tous à temps pour être à 6h54 pétantes sur le pont, déterminés à être les premiers à quadriller le secteur d'une Mepps décidée ou d'un Glenroy primesautier^^... Les niveaux sont corrects, l'eau raisonnablement claire. Tout irait donc pour le mieux si un vent mutin à ses débuts puis virant au pénible ne déboulait venant de l'Est. Pas glop.


Arrivé sur le spot où, l'an dernier, j'avais ratée ma seule touche du jour, je décroche une truite avant même que le stimulus de touche intimant d'ordinaire l'ordre de ferrage ne parvienne à mes synapses nageant la brasse dans un peu de Single Malt, on se demande encore pourquoi... Damned. A pile ou face, on prend la rive droite pendant que quelques collègues remontent sur la gauche. Perdu. Ce sont eux qui prendront trois truites pendant que nous ne rencontrerons que le vide sidéral de la touche de salmonidé aux abonnés absents. Je laisserais juste deux souples, un au fond et un dans les branches grâce à une rafale de vent particulièrement inopportune...



Les circonstances sont manifestement impropres à un test sérieux des petits leurres souples gagnés récemment. Dommage car je misais beaucoup sur les petites larves de libellules. Mais il faut être raisonnable : quand le vent souffle à près de 80 km/h, le lancer et le contrôle d'une tête plombée d'un petit gramme relève du challenge herculéen. Autant se cantonner donc aux valeurs sûres puisque ce n'est pas le jour qui convient pour les expériences de haute volée.
Le Centaure des Pampas, le Bourreau de l'Orénoque, le Fléau du Paranal rencontre ENFIN ses limites :
en l'espèce, une participation débridée à la réussite d'un apéritif traditionnel du Maillochistan !!!^^
Alors que tout le monde semblait motivé pour une pause casse-croûte/ronflette de fin de matinée, vu le faible nombre de truites prises à ce moment-là, le hasard, pour une fois bon conseiller, m'a fait emprunter un chemin de traverse menant vers un bras secondaire où, jadis, quelques chevesnes glandouillaient à la cool en attendant de sauver de la bredouille un malappris de mon acabit... Et là, paf, youpi, tralala et toutes ces sortes de choses, je sors ma fario à la cuillère-vintage qui plus est. C'est bon. On peut passer au stade casse-dalle !!!^^
Encore un fier baroudeur au cuir tanné par la rude caresse des embruns qui manifeste un léger coup de mou suite aux réjouissances de la veille (pourtant tout à fait limitées si on en juge selon les critères locaux^^) .
Après nous être gaillardement sustentés (et avoir ronflé quelque peu pour les moins vaillants de la troupe), c'est reparti pour un après-midi en zone sauvage peuplée de loutres, de chevreuils et de moustiques particulièrement attirés par mon délicat épiderme de douillet banlieusard. Là, le verdict est unanime : tout le monde rentre bredouille. Mais certains plus secs que d'autres... Je n'en dirai pas plus vu que c'est le genre de mésaventure qui m'est arrivé et qui est arrivée ou arrivera à n'importe quel pêcheur assez inconscient pour grimper sur des vieilles souches ou des passerelles vermoulues.
Et là, soudain, alors que l'espoir vacillait comme un guide de pêche breton sortant nuitamment du Bar-PMU "La chaloupe",
un cri de triomphe retentit dans la campagne embrumée... "54 !!!"






Cette ouverture s'achève donc petitement. L'objectif était d'éviter la bredouille et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'était pas facile à atteindre. Seules 5 truites prises à 11 pêcheurs, le bilan est maigrelet. Evidemment, le vent d'est est le premier coupable que nous pointerons de nos doigts vengeurs. A priori, il a la tête de l'emploi vu que les autres pêcheurs rencontrés ont été à une écrasante majorité capots, le matin comme l'après-midi...
Recraché par une truite juste sortie de l'eau, un vairon gobé de frais donne une idée de l'intérêt d'utiliser le Glenroy45...
Décidé à profiter de mon week-end (c'est à dire à abuser de l'hospitalité du Maître des Lieux), je suis resté le samedi soir alors que tous les autres collègues rentraient chez eux ruminer leur vengeance en rêvant de pêche à la grenade, au harpon, voire à une adaptation locale de la Nivrée amazonienne pour certains bourlingeurs au long cours^^...
Une petite dernière avant la tempête !!!
Hélas, trahi par mes articulations en compote, les ardeurs refroidies par une nouvelle période venteuse déboulant de l'Atlantique et annonçant une semaine agitée, ce ne sera au final qu'une petite matinée de pêche qui nous verra décrocher chacun notre truite réglementaire mais qui permettra tout de même à l'illustre Mailloche de conclure les débats avec une jolie truite assez mal élevée pour lui vomir un vairon sur les bottes. Le temps de déjeuner de fort belle manière et de feuilleter quelques ancestraux magazines de pêche (il y aura un article spécialement consacré à ces trésors !!!), il est hélas temps de rentrer dans mes pénates à l'issue d'un super week-end malheureusement bien trop court. J'espère qu'on sera invités l'année prochaine. Après tout, il n'y a pas de raison... Vu que l'on en a laissé pas mal des truites, on peut légitimement affirmer qu'on sait se tenir, non ?^^