lundi 1 janvier 2018

Et hop, c'est reparti pour un tour !!!

Le Jerkbait magique qui ramasse les perches maraîchines à la pelle...
Disons-le d'une manière franche et massive : n'attendez pas de moi qu'à l'exemple du commun, j'aille m'appesantir sur ces meilleurs voeux, bonne année ou autres tirages de plans sur la comète dignes dans leur platitude du dernier pensum infligé par votre DRH et que la moitié de l'humanité se croit tenue d'infliger à l'autre pour de vagues raisons calendaires... Car à un moment, voyez-vous, être adulte, ce n'est pas seulement renoncer aux pantalons baggy ou aux vols avec violence en réunion. C'est aussi s'inquiéter de son taux de cholestérol, se découvrir médusé capable d'écouter, extatique, le dernier tube de Julien Doré dans son Audi achetée à crédit, voire, pour les cas les plus avérés de perversion retorse, feindre de trouver absolument passionnants les projets d'extension de véranda légèrement pharaoniques de votre voisin lorsque ce dernier vous les expose à grands traits après vous avoir coincé près du barbecue tout en vous postillonnant un peu de Beaujolais au museau...
Problème de truite ? Contacte Dédé au 50 !!!^^
En effet, être adulte, c'est aussi être réaliste et réfuter toute sorte d'hypocrisie. Pourquoi s'obstiner à souhaiter une bonne année à Josiane de la Comptabilité qui ne cesse de dénoncer la durée indécente de vos pause-cafés à Robert, le chef de service, tout en minaudant à la sournoise à chacun de vos passages de grand fauve des open-spaces à la démarche chaloupée ? Ne serait-il pas plus empreint de dignité que de gérer la situation en adulte ? Ne pourrait-on remplacer les calmants de Josiane par de la MDMA, juste histoire de mettre une touche humoristique dans ces rapports un tantinet tendus ? Moi, ce que j'en dis, hein, c'est juste une suggestion de team-building comme une autre...
Micro-crankbait destiné à préserver de la bredouille un pêcheur ligérien confronté à une éventuelle sécheresse...
Pourquoi par ailleurs persister à refiler 20 euros pour leur calendrier à des éboueurs qui d'une, ne bossent pas les jours fériés et de deux, dédaignent professionnalisme et glamour jusqu'à ne pas poser dessus lascifs et dénudés ? L'existence est pleine de ces petits détails qui clochent comme l'aurait dit le regretté Colombo à son basset bavant sur la banquette arrière de son automobile avant de boucler l'enquête et d'envoyer dans le couloir de la mort un de ces riches meurtriers californiens infoutus de sous-traiter un homicide à un gang chicano...
Une version effroyablement bon marché du Chubby Pencil 55 Illex...
Vous l'aurez saisi avec votre coutumière vivacité d'esprit : les voeux du Nouvel An, les bises claquées sur des joues moites, tout ce bonheur en tube, cette empathie factice, cette jovialité éthylique qui retombera comme un soufflé avec la gueule de bois, les premières factures de gaz et/ou la crise de foie, ça m'emmerde. Et ça m'emmerde d'autant plus quand l'avenir proche n'apparaît pas sous des aspects extrêmement jubilatoires. Tempêtes hivernales, prix du diesel, gros risque de guerre atomique mondiale... Ah ça, ma bonne dame, c'est pas bon pour le moral des ménages...
Un nouvel ersatz chinois de B'Freeze 65 vient de rejoindre ma boite à pin's.
En attendant la fin du monde et/ou la fermeture de la pêche aux leurres (deux événements que je trouve personnellement tout à fait déprimants), je range, je classe, je répare mon amas de leurres étalé à l'intérieur de moult boites. Il y a du boulot en perspective. De quoi m'occuper un trimestre... Rien qu'en bricolages en retard, ça peut même me pousser jusqu'en octobre^^...
Je fais le pari que ces deux petits crankbaits prendront une ou deux perches... Mais avant le 15 mai vu qu'après cette date fatidique, il n'y aura plus assez d'eau et sans doute trop d'algues dans les calamiteuses rivières de mon peu glorieux terroir...
Bref, pour en revenir aux choses sérieuses, j'espère bien que cette nouvelle année me verra aller plus à la pêche qu'en 2017. A priori, ça devrait être envisageable car avec moins de 30 sorties, l'année écoulée, pour diverses raisons liées à la sécheresse ou à des petits problèmes mécaniques, aura été de loin l'année pendant laquelle j'aurais délaissé le plus les infortunées perchettes qui sont mes victimes ordinaires... On fait avec ce qu'on peut...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire